Free songs

Audit PwC : « Antonio a des jokers pour faire de la diversion » dixit ‘’Super V’’

Un rapport d’audit attribué au cabinet PwC pour le compte de la FIFA et qui met en cause la gestion financière de l’ancienne équipe dirigeante de la Féguifoot, selon le camp d’Antonio Souaré, a été publié par plusieurs médias guinéens cette semaine. Interrogé sur le sujet, Salifou Camara ‘’Super V’’ a livré sa part de vérité dans une interview accordée à notre rédaction ce 3 novembre 2017.

Guineesports.net : Un audit attribué à la FIFA, publié dans la presse cette semaine, met en cause votre gestion financière. Qu’est-ce que cela vous inspire comme réaction ?

 Salifou Camara ‘’Super V’’ : C’est une nouvelle trouvaille d’Antonio. Ce rapport PwC, est tout faux. J’avais déjà dénoncé cette tentative de corruption pour fin de manipulation du rapport PwC qui a échoué, lors de mon passage dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules « , le 18 octobre dernier. Cette fois-ci Antonio est passé par le président du Comité de Normalisation, Mohamed Lamine Nabé, pour tenter d’influencer le rapport qui était déjà parti à la FIFA, tout comme il l’a fait avec le cabinet « Auditeurs associés en Afrique’’. En fait, l’audit a été clôturé le 15 juillet 2016 et l’attestation de fin de mission a été délivrée par la Fédération, signée par le Secrétaire général Ibrahima Blasco Barry à la même date, avec ses observations. La mission a porté sur 4 jours, c’est-à-dire du 11 au 15 juillet. Informé du résultat qui ne ressortait pas d’anomalies par son sbire Nabé, Antonio lui ordonna comme d’habitude, contre des espèces sonnantes et trébuchantes, de négocier la modification du contenu du rapport via le correspondant local de PwC. Deux mois et demi plus tard, le contenu du rapport déjà déposé à la FIFA, après la clôture de la mission, a été modifié pour incriminer des personnes. L’objectif étant à l’époque, de me reprocher des choses, en vue d’écarter ma candidature pour les élections à venir. Malheureusement pour Antonio et compagnie, la FIFA ne reprochant rien à la gestion de la période visée, c’est-à-dire 2015, n’en a plus fait cas. Finalement, le vrai rapport a été classé.

A propos, en parcourant un courrier échangé entre PwC et la Fédération, l’on se rend compte que le Président du Comité de normalisation avait sollicité une modification du contenu du rapport d’audit qui avait été transmis à la FIFA. Quelle était l’objectif visé par cette sollicitation du président du CONOR ?

La dame Kristien Delmotte de PwC dit dans son courrier en date du 26 septembre 2016, mais envoyé à la Fédération le 29 septembre, avoir transmis son rapport plus exhaustif en anglais à la FIFA. Alors, cet autre rapport dont elle souhaitait l’approbation de Monsieur Barry Blasco, était destiné à quelles fins ? Je précise que la seule approbation de Blasco date du 15 juillet, à la fin de la mission de PwC. Il est clairement écrit dans ce courrier rédigé le 26 septembre, qu’en comparaison avec le rapport transmis le 11 août 2016, le contenu a été complété avec plus de détails chiffrés, comme demandé par le Président. Il est aussi signalé que certains points, considérés hors de propos par l’équipe de coordination de PwC, ont été retirés et d’autres points ont été éclaircis ou ajoutés à partir de la documentation collectée lors de la visite effectuée en juillet. Comme vous le constatez, selon le courrier de PwC rédigé le 26 septembre, le rapport était encore modifiable après son envoi à la FIFA. Des réactions, remarques et commentaires étaient toujours recevables. A cette date, dame Delmotte était encore disponible pour discuter des questions autour du rapport. C’est du n’importe quoi. Ce passage du document prouve à suffisance que Nabé a négocié la modification du rapport pour d’autres usages, c’est-à-dire incriminer un candidat en vue de l’écarter de la course. Ce rapport du 26 septembre 2016 est complètement différent du vrai rapport du 15 juillet et n’a jamais été pris en compte par instance, ni la FIFA, ni la Féguifoot. Comme on peut le constater, Nabé du CONOR, sentant son mentor Antonio en difficulté avec son audit illégal ‘’Mory Cissé’’, a recyclé ce projet de rapport élaboré par PwC qui sommeillait dans sa boite mail, pour venir au secours de son éternel patron, le mégalomane Antonio, pour amuser la galerie. Hélas, que le crime n’est jamais parfait. Je vous informe que la FIFA n’a jamais parlé de ce rapport à la Féguifoot. La bonne version a été validée et l’instance mondiale du football a continué à décaisser des fonds en faveur de la Fédération. En attestent les différents décaissements opérés en 2016 en faveur du Comité de normalisation présidé par Mohamed Lamine Nabé, même si ce dernier, à l’instar de son mentor Antonio, a toujours soutenu dans le faux, n’avoir pas bénéficié d’assistance financière de la part de la FIFA. Retenez qu’Antonio est un menteur pathologique, même son bonjour ne prie pas. Ce rapport publié dans la presse cette semaine est un autre roman de fiction d’Antonio. Il a toujours des jokers dans sa besace pour faire de la diversion. Alors, nous pouvons en déduire qu’il a abandonné son audit Mory Cissé des Auditeurs Associés en Afrique, ayant constaté ses limites et qui peine à prospérer. Il ne s’agit là encore que de grossiers montages.

Justement, à propos du Comité de normalisation, quels sont les éléments dont vous disposez et qui vous poussent à affirmer qu’il a reçu beaucoup d’argent en 2016 ?

Contrairement à ce que Nabé et compagnie racontent, le CONOR a reçu beaucoup d’argent de la part de la FIFA en 2016. Mais ce sont tous des menteurs pathologiques. Pendant l’exercice de fonction du CONOR, plusieurs virements ont été effectués par la FIFA à son profit, au titre du Programme d’assistance financière  (PAF) et du programme Forward 2016. Le premier virement effectué le 25 septembre 2016, est de 22.970 dollars. Le second virement en date du 25 novembre 2016 se chiffre à 69.970 dollars. Le dernier virement en date du 16 décembre 2016, dans le cadre du programme Forward, est de 124.965 dollars. Le montant total reçu par le Comité de Normalisation de la part de la FIFA est de 217.905 dollars. Mais Nabé ayant été parachuté à la tête du CONOR par Antonio Souaré, il est dans l’obligation de soutenir son mentor qui est en difficulté actuellement, en recyclant ce projet de rapport PwC.

 Votre mot de la fin…

Je vous remercie de m’avoir donné l’opportunité de m’exprimer sur cette énième invention d’Antonio, le fou de la République, vu sa mégalomanie indescriptible. Il nous a encore trouvé un joker, le faux audit PwC, en remplacement de l’autre audit illégal Mory Cissé. Comme on le voit, il se fout de la Guinée et des Guinéens. Antonio ferait mieux de payer sa dette envers la Fédération guinéenne de football, qui se chiffre à près de 4 milliards de Francs guinéens, pour soulager les clubs qui ont commencé le championnat pour la première fois sans aucune subvention. Cette somme qui appartient aux clubs à travers la Fédération, devrait ainsi leur permettra d’aborder la deuxième journée dans de meilleures conditions. Sacré Antonio !!! Encore une fois merci.

Lettre PWC PDF

Propos recueillis par

M. Bory Bah

Poster une réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*