Free songs

Satellite FC : Almamy Sylla démis de ses fonctions pour faute professionnelle

Mme Hadja Diop, épouse de feu Amadou Benoît Camara, fondateur du club Satellite FC, a décidé le 9 octobre 2017, de démettre le président en exercice du club, Almamy Saidou Sylla, de ses fonctions pour faute professionnelle.

Pour prendre cette décision dont des copies ont été transmises à la Fédération guinéenne de football et à la Ligue guinéenne de football professionnel, elle s’est appuyée sur le protocole d’accord signé le 13 février 2017, qui indique qu’elle est la nouvelle propriétaire du club.

Selon l’article 2 de cette décision, Aboubacar Sidiki Doumbouya, entrepreneur de profession, est nommé nouveau président du Satellite FC, en remplacement d’Almamy Saidou Sylla.

Dans un entretien accordé à notre rédaction, Hadja Diop a justifié le limogeage d’Almamy Sylla au poste de président du Satellite qui, selon elle, n’a jamais respecté ses engagements depuis qu’il a été confirmé à ce poste, après la disparition de son mari.

« Quelques semaines après la mort de mon mari fin 2012, Almamy Sylla m’a trouvé à Paris et a souhaité poursuivre l’aventure avec le Satellite FC, avec son poste de président du club, parce qu’il entretenait de bonnes relations avec feu Benoît Camara. Je souligne qu’ils travaillaient ensemble sans aucun accord écrit et qu’ils s’étaient entendus de partager les intérêts liés aux transferts des joueurs à hauteur de 50 % chacun. J’ai accepté sa proposition. C’est ainsi qu’il a continué d’occuper le poste de président du club et cette information a été transmise à la Fédération guinéenne de football. »

Mais elle estime qu’Almamy Sylla a trahi aussitôt sa confiance en créant un nouveau compte bancaire au nom du Satellite FC, car en ce moment, des joueurs étaient placés dans certains clubs.

« Almamy et son complice, l’agent de joueurs Thierno Barry, ont ainsi récupéré beaucoup d’argent au nom du club, sans faire aucun compte-rendu. Quand j’apprends qu’il y a transfert d’un joueur, si je pose la question à Almamy, il nie tout simplement les faits. Ainsi, je suis venu le rencontrer en 2014 à Conakry, pour lui faire savoir qu’il doit respecter ses engagements, en partageant les bénéfices générés par le club, c’est-à-dire 50 % chacun, comme cela se passait du vivant de mon mari. Mais, comme il finançait seul le club, nous sommes tombés d’accord sur le fait que je dois avoir désormais 20 % des parts au lieu de 50 %. Il s’est également engagé à trouver un bus pour le Satellite FC et de mieux s’occuper du club. Malheureusement, Almamy Sylla n’a jamais respecté cet accord. »

Revenu également au bercail en 2016, Hadja Diop estime qu’Almamy Sylla ne souhaitait plus la rencontrer. Ce qui justifie selon elle, la plainte formulée contre ce dernier à l’Escadron mobile N°2 de Hamdallaye.

« Quand je suis venu à Conakry en 2016, j’ai tenté sans succès de rencontrer Almamy pour qu’on s’explique. En fait, il se cachait de moi. Comme il ne voulait pas me rencontrer, j’ai décidé de porter plainte contre lui à l’Escadron d’Hamdallaye, parce qu’il avait commencé à dire que feu Benoît Camara lui avait vendu le club et que ce dernier était trop endetté avant sa mort. En réalité, il voulait détourner le club. Quand il a été coincé à l’Escadron, il a reconnu que le Satellite FC ne l’appartenait pas et que c’est la gestion du club qui lui a été confiée. Après avoir présenté des excuses, un protocole d’accord a été signé le 3 mai 2016 par les deux parties, sous la supervision du président de la Fédération guinéenne de football, Salifou Camara ‘’Super V’’, comme témoin principal. »

Le document indique clairement qu’Almamy Sylla a accepté que Hadja Diop perçoive 20 % des parts, tout comme le départ du Secrétaire général du club, Ousmane Bérété dit Kundé,  au plus tard au début du mois d’août 2016. Selon ledit protocole d’accord, le non respect des accords exposerait Almamy Saidou Sylla à une poursuite judiciaire.

Hadja Diop a également évoqué le transfert de François Kamano à Bordeaux qui est un produit du Satellite FC : « Quand Kamano a été transféré à Bordeaux, le Satellite FC a reçu 500.000 euros selon mes informations. Interrogé sur le sujet, Almamy a indiqué que le club n’a reçu que 20.000 euros. C’est ainsi qu’il m’a donné 3.500 euros. J’ai lui ai dit qu’à cette allure, je ne peux pas continuer avec lui, dans la mesure où il n’a aucun respect pour moi, le club est abandonné à son sort et il ne s’entend pas avec les joueurs et l’encadrement technique. »

Faisant toujours le bilan d’Almamy Sylla à la présidence du Satellite FC, elle a laissé entendre que celui-ci s’est plutôt enrichi sur le dos du club, alors qu’il devait lui permettre de rayonner davantage sur la scène nationale.

« En cinq ans de gestion, le Satellite FC n’a pas de siège, à plus forte raison un bus. L’internat des joueurs se fait dans une villa où les toilettes sont bouchées et ces derniers se couchent sur des matelas usés. Almamy n’a pas payé en entier les primes des joueurs et des encadreurs lors des deux dernières années et il ne donnait que 5.000 GNF par joueur comme transport. Ce qui est déplorable car les joueurs ne parvenaient même pas à manger parfois à leur faim. En fait, il voulait faire chuter le club dans les divisions inférieures pour que la famille de feu Benoît Camara abandonne le Satellite FC dans ses mains. Je suis au courant de tout cela. A un moment donné, Almamy Sylla a fait venir Soufiane Souaré au niveau du Satellite FC. Celui-ci a commencé à mettre les moyens à la disposition du club, finalement il a décidé de quitter le navire en raison du manque de transparence dont faisait preuve Almamy. En fin d’année 2016, il avait même abandonné le Satellite FC pour se rapprocher de l’AS Kaloum, poussant beaucoup de joueurs à rejoindre le club de Kaloum. Le Secrétaire général était obligé de gérer les affaires courantes et de recruter l’entraineur Abédi qui a constitué l’équipe du Satellite FC pour la saison 2016-2017. Lors du Mercato, les joueurs se sont révoltés pour non payement de leurs primes. Comme j’étais à Conakry, j’ai convoqué une réunion avec l’encadrement technique et les joueurs. J’ai fait un geste symbolique, tout en assurant le transport des joueurs. C’est ainsi  que ces derniers ont repris les entrainements.  Ce n’est que lors de la phase retour qu’Almamy est revenu encore au Satellite FC avec certains joueurs. Il a dit à certaines personnes qu’il a décidé de ne plus investir dans le Satellite FC pour se venger de moi, parce que tout simplement je l’ai convoqué à la gendarmerie. Mais il doit savoir que ce n’est pas à cause de lui que ce club va sombrer. »

Le 13 février 2017, pendant le règne du Comité de normalisation du football guinéen, un autre protocole d’accord a été signé entre les parties concernées, suite aux différentes revendications contradictoires relatives à la paternité de la création du Satellite FC, qui opposent la famille de feu Amadou Benoît Camara, représentée par son épouse Hadja Diop d’une part et les anciens dirigeants ou Associés représentés par Dr Mohamed Kader Camara et Mohamed Kanfory Bangoura ‘’Lappé’’, d’autre part.

Grâce à la médiation du Comité de normalisation, les deux parties ont convenu et arrêté ce qui suit : Feu Amadou Benoît Camara est le fondateur du club Satellite FC de Guinée ; Dr Mohamed Kader Camara et Mohamed Kanfory Bangoura  ‘’Lappé’’ sont des Associés à la création du même club.

A ce titre, les parties ont accepté la répartition des parts de la manière suivante : 60 % des parts sont affectés à la famille de feu Amadou Benoît Camara, représentée par son épouse. Le reste des parts (40 %) est affecté à Dr Mohamed Kader Camara et à Mohamed Kanfory Bangoura, soit 20 % chacun.

Ce protocole d’accord tenant lieu de Procès-verbal d’Assemblée générale constitutive, a été signé par toutes les parties concernées.

Selon Hadja Diop, c’est en raison de la violation de tous les accords passés entre les deux parties, qu’elle a décidé de remplacer Almamy Sylla à la présidence du Satellite FC.

Après avoir payé les primes des joueurs et leurs encadreurs le 9 octobre dernier, à la grande satisfaction de ces derniers, Hadja Diop espère que le Satellite FC jouera désormais les premiers rôles dans les compétitions nationales, avec l’arrivée d’Aboubacar Sidiki Doumbouya à la présidence du club et d’autres partenaires.

Mamoudou Bory Bah

Poster une réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*